Les Assises Nationales de la Protection Juridique des Majeurs
6 février 2018
Forum de l’accès aux droits le 27 mars de 9h à 18h, au Val-aux-grès, à Bolbec
24 février 2018

La protection juridique des majeurs… ce n’est pas automatique

Nécessaire dans certains cas

En situation de vulnérabilité, mais toujours un être humain…

Il est souvent fait appel à la protection juridique pour «régler» des situations de danger ou de difficulté, le mandataire devant faire fi de la volonté de la personne. Or, le cœur de métier du mandataire judiciaire, consiste à vérifier l’émanation de la volonté des personnes placées sous mesures de protection juridique.
Entre protection de la volonté et cessation du danger: une tension souvent précaire et source d’inquiétude.
En effet, une personne n’est pas «handicapée» ou «vulnérable», mais «en situation de handicap», ou en «situation de vulnérabilité». Elle peut être apte à exprimer des choix, même ténus, même si ses choix ne sont pas attendus par son entourage.

Ni automatique, ni magique…

Toute situation de vulnérabilité ne requiert pas systématiquement une mesure de protection juridique.
Le juge a la faculté et non l’obligation de prononcer une mesure de protection.
Le mandataire judiciaire à la protection des majeurs n’a pas tous pouvoirs et doit veiller au respect des droits fondamentaux et libertés individuelle des personnes.